PARTAGEZ VOTRE EXPERIENCE-20% remise
Greta THUNBERG - Personnalité de l'année 2019 pour TIME

Greta Thunberg en route pour l'Europe

Greta thunberg et son slogan Skolstrejk för klimatet

 

Greta Thunberg est assise en silence dans la cabine du bateau qui la conduira à travers l'océan Atlantique. À l'intérieur, il y a un crâne de vache accroché au mur, un globe délavé, l'imperméable jaune d'un enfant. Dehors, c'est la tempête : la pluie fouette le bateau, la glace recouvre les ponts, et la mer frappe le bateau qui emmène cette petite fille, son père et quelques compagnons de Virginie au Portugal. Pendant un instant, c'est comme si Thunberg était l'œil d'un ouragan, une piscine de détermination au centre d'un chaos tourbillonnant. Ici, elle parle doucement. Là-bas, tout le monde naturel semble amplifier sa petite voix, criant avec elle.

"Nous ne pouvons pas continuer à vivre comme s'il n'y avait pas de lendemain, parce qu'il y a un lendemain ", dit-elle en tirant sur la manche de son sweat-shirt bleu. "C'est tout ce que nous disons."

Greta Thunberg à la COP 25 de Madrid - Décembre 2019

Greta thunberg sur le voilier en route vers la COP 25 madrid

C'est une vérité simple, livrée par une adolescente dans un moment fatidique. Le voilier La Vagabonde conduira Thunberg au port de Lisbonne et de là, il se rendra à Madrid, où les Nations Unies accueillent cette année la conférence sur le climat COP 25.

C'est le dernier sommet de ce type avant que les nations ne s'engagent dans de nouveaux plans pour respecter une échéance majeure fixée par l'Accord de Paris. S'ils ne s'entendent pas sur une action transformatrice pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, l'augmentation de la température mondiale depuis la révolution industrielle atteindra 1,5°C, ce qui, selon les scientifiques, exposera quelque 350 millions de personnes supplémentaires à la sécheresse et plongera environ 120 millions de personnes dans la pauvreté extrême d'ici 2030.

Pour chaque fraction de degré d'augmentation des températures, ces problèmes vont s'aggraver. Ce n'est pas de la propagande alarmiste, c'est de la science. Pendant des décennies, les chercheurs et les militants ont lutté pour que les dirigeants mondiaux prennent la menace climatique au sérieux. Mais cette année, une adolescente improbable a attiré l'attention du monde entier.

Portrait de Greta Thunberg, une jeune activiste climatique

portrait de greta thunbergThunberg a lancé un mouvement mondial en sautant l'école : à partir d'août 2018, elle a passé ses journées à camper devant le Parlement suédois, tenant une pancarte peinte en lettres noires sur fond blanc sur laquelle figurait Skolstrejk för klimatet : "La grève scolaire pour le climat." Au cours des 16 mois qui ont suivi, elle s'est adressée aux chefs d'État à l'ONU, a rencontré le pape, s'est entretenue avec le président des États-Unis et a inspiré 4 millions de personnes à participer à la grève mondiale pour le climat le 20 septembre 2019, la plus grande manifestation climatique de l'histoire humaine. Son image a été célébrée dans des peintures murales et des costumes d'Halloween, et son nom a été attaché à tout, du vélo en libre-service aux scarabées. Margaret Atwood l'a comparée à Jeanne d'Arc. Après avoir remarqué que son utilisation avait été multipliée par cent, les lexicographes du Collins Dictionary ont nommé l'idée pionnière de Thunberg, la grève du climat, le mot de l'année.

Greta Thunberg apporte de la visibilité à la mobilisation des jeunes

La politique de l'action climatique est aussi enracinée et complexe que le phénomène lui-même, et Thunberg n'a pas de solution magique. Mais elle a réussi à créer un changement d'attitude à l'échelle mondiale, transformant des millions d'angoisses en un mouvement mondial appelant à un changement urgent. Elle a lancé un appel moral à ceux qui sont prêts à agir et a jeté la honte sur ceux qui ne le sont pas. Elle a persuadé des dirigeants, des maires aux présidents, de prendre des engagements là où ils s'étaient déjà débattus : après avoir parlé au Parlement et manifesté avec le groupe environnemental britannique Extinction Rebellion, le Royaume-Uni a adopté une loi exigeant que le pays élimine son empreinte carbone. Elle a attiré l'attention du monde entier sur les injustices environnementales que les jeunes militants autochtones protestent depuis des années. Grâce à elle, des centaines de milliers d'adolescents "Gretas", du Liban au Libéria, ont sauté l'école pour mener leurs pairs dans les grèves climatiques à travers le monde.

Greta Thunberg soutenue par l'ancien prix Nobel de la paix Al Gore

"Ce moment est différent ", a déclaré à TIME l'ancien vice-président Al Gore, qui a reçu le prix Nobel de la paix pour ses décennies d'action en faveur du climat. "Tout au long de l'histoire, beaucoup de grands mouvements moraux ont gagné du terrain au moment même où les jeunes ont décidé de faire de ce mouvement leur cause."

Thunberg a 16 ans mais semble en avoir 12. Elle porte habituellement ses cheveux bruns clairs tirés en deux tresses, séparés au milieu. Elle est atteinte du syndrome d'Asperger, ce qui signifie qu'elle n'opère pas sur le même registre émotionnel que bon nombre des personnes qu'elle rencontre. Elle n'aime pas les foules, ignore les bavardages et prononce des phrases directes et simples. Elle ne peut pas être flattée ou distraite. Elle n'est pas impressionnée par la célébrité des autres et ne semble pas non plus s'intéresser à sa propre renommée croissante. Mais ces qualités ont contribué à faire d'elle une sensation mondiale. Là où d'autres sourient pour réduire la tension, Thunberg se dessèche. Là où d'autres parlent le langage de l'espoir, Thunberg répète l'inattaquable science : Les océans vont s'élever. Les villes seront inondées. Des millions de personnes souffriront.

Greta Thumberg une voix qui se fait entendre

"Je veux que vous paniquiez ", a-t-elle déclaré lors de la convention annuelle des PDG et des dirigeants mondiaux au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, en janvier. "Je veux que tu ressentes la peur que je ressens tous les jours. Et puis je veux que tu agisses."

M. Thunberg n'est le chef d'aucun parti politique ni d'aucun groupe de pression. Elle n'est ni la première à tirer la sonnette d'alarme sur la crise climatique ni la plus qualifiée pour y remédier. Elle n'est pas une scientifique ou une politicienne. Elle n'a pas accès aux leviers d'influence traditionnels : elle n'est ni milliardaire, ni princesse, ni pop star, ni même adulte. C'est une adolescente ordinaire qui, en invoquant le courage de dire la vérité au pouvoir, est devenue l'icône d'une génération. En clarifiant un danger abstrait avec un outrage perçant, Thunberg est devenu la voix la plus convaincante sur la question la plus importante pour la planète.

Greta Thunberg une militante écologiste leader mondiale 

En cours de route, elle est devenue le porte-drapeau d'une bataille des générations, un avatar de jeunes militants à travers le monde qui luttent pour tout, du contrôle des armes à feu à la représentation démocratique. Sa grève mondiale pour le climat est le plus important et le plus international de tous les mouvements de jeunesse, mais ce n'est pas le seul : des adolescents aux États-Unis s'organisent contre la violence armée et affluent vers des candidats progressistes ; des étudiants à Hong Kong luttent pour une représentation démocratique ; et des jeunes d'Amérique du Sud en Europe s'efforcent de redynamiser l'économie mondiale. Thunberg n'est pas alignée sur ces protestations disparates, mais sa présence insistante en est venue à représenter la fureur de la jeunesse dans le monde entier. Selon une enquête réalisée en décembre par Amnesty International, les jeunes de 22 pays ont identifié le changement climatique comme le problème le plus important auquel le monde est confronté. Elle nous rappelle que les responsables d'aujourd'hui ne seront pas toujours aux commandes et que les jeunes qui héritent de gouvernements dysfonctionnels, d'économies brisées et d'une planète de plus en plus invivable savent à quel point les adultes les ont déçus.

"Elle symbolise l'agonie, la frustration, le désespoir, la colère - à un certain niveau, l'espoir - de nombreux jeunes qui n'auront même pas l'âge de voter au moment où leur avenir sera condamné ", dit Varshini Prakash, 26 ans, qui a co-fondé le Sunrise Movement, un groupe américain de jeunes militant pour un nouveau Pacte vert.

Le moment de Thunberg arrive au moment où la réalité scientifique urgente entre en collision avec l'incertitude politique mondiale. Chaque année où nous rejetons plus de carbone dans l'atmosphère, la planète se rapproche d'un point de non-retour, où la vie sur terre telle que nous la connaissons changera inaltérablement. Sur le plan scientifique, la planète ne peut pas se permettre un autre revers ; sur le plan politique, c'est peut-être notre meilleure chance d'apporter des changements radicaux avant qu'il ne soit trop tard.

Le changement climatique au coeur d'une politique mondiale

L'année prochaine sera décisive : l'UE prévoit de taxer les importations en provenance de pays qui ne s'attaquent pas aux changements climatiques ; le secteur mondial de l'énergie est confronté à des difficultés financières ; la Chine élaborera ses plans de développement pour les cinq prochaines années ; et l'élection présidentielle américaine déterminera si le dirigeant du monde libre continue à ignorer la science des changements climatiques.

"Quand on est un leader et que chaque semaine des jeunes manifestent avec un tel message, on ne peut pas rester neutre ", a déclaré le président français Emmanuel Macron à TIME. "Ils m'ont aidé à changer."

Les leaders réagissent à la pression, la pression est créée par les mouvements, les mouvements sont construits par des milliers de personnes qui changent d'avis. Et parfois, la meilleure façon de changer d'avis est de voir le monde à travers les yeux d'un enfant.

La grande traversée de Greta Thunberg

Thunberg mesure peut-être 1,50 m, et elle a l'air encore plus petite dans sa tenue noire surdimensionnée pour le temps humide. La fin novembre n'est pas la période de l'année pour traverser l'océan Atlantique : la mer est forte, les vents violents et la petite embarcation, un catamaran qui a passé des semaines à battre des vagues de plus de 23 pieds. Au début, Thunberg a eu le mal de mer. Une fois, une énorme vague a déferlé sur le bateau, arrachant une chaise du pont et cassant des cordes. Une autre fois, elle a été réveillée par le bruit du tonnerre qui se fendillait au-dessus de sa tête, et l'équipage craignait que la foudre ne frappe le mât.

Mais Thunberg, à sa manière tranquille, n'était pas perturbée. Elle passait la plupart de ses longues après-midi dans la cabine à écouter des livres audio et à apprendre à ses camarades de bord à jouer au Yatzy. Les jours calmes, elle grimpe sur le pont et regarde à travers la vaste mer incolore. Quelque part sous la surface, des millions de tonnes de plastique ont tourbillonné. À des milliers de kilomètres au nord, la glace de mer fondait.

Thunberg aborde les problèmes du monde avec le poids d'une aînée, mais c'est encore une enfant. Elle préfère les pantalons de survêtement et les baskets velcro, et partage les bracelets assortis avec sa sœur de 14 ans. Elle aime les chevaux et ses deux chiens, Moïse et Roxy, lui manquent à Stockholm. Sa mère Malena Ernman est une chanteuse d'opéra suédoise de premier plan. Son père, Svante Thunberg, est apparenté de loin à Svante Arrhenius, un chimiste lauréat du prix Nobel qui a étudié comment le dioxyde de carbone dans l'atmosphère augmente la température à la surface de la terre.

Thunberg prise de conscience très jeune

Plus d'un siècle après la découverte de cette science, le professeur de l'école primaire de Thunberg a montré une vidéo de ses effets : ours polaires affamés, températures extrêmes et inondations. L'enseignant a expliqué que tout cela était dû au changement climatique. Par la suite, toute la classe était triste, mais les autres enfants ont pu passer à autre chose. Thunberg ne pouvait pas. Elle a commencé à se sentir extrêmement seule. Elle avait 11 ans quand elle est tombée dans une dépression profonde. Pendant des mois, elle a cessé de parler presque entièrement et a si peu mangé qu'elle a failli être hospitalisée ; cette période de malnutrition a ensuite retardé sa croissance. Ses parents ont pris congé pour la soigner pendant ce dont son père se souvient comme d'une période de "tristesse sans fin", et Thunberg se souvient qu'elle se sentait confuse. "Je n'arrivais pas à comprendre comment cela pouvait exister, cette menace existentielle, et pourtant nous n'en avons pas fait une priorité ", dit-elle. "J'étais peut-être un peu dans le déni, genre, "Ça ne peut pas arriver, parce que si ça arrivait, alors les politiciens s'en occuperaient."

Au début, le père de Thunberg l'a rassurée en lui disant que tout irait bien, mais à mesure qu'il lisait davantage sur la crise climatique, il a trouvé ses propres mots creux. "J'ai réalisé qu'elle avait raison et que j'avais tort, et que j'avais eu tort toute ma vie", a dit Svante à TIME dans un moment de calme après son arrivée à Lisbonne. Afin de réconforter leur fille, les membres de la famille ont commencé à changer leurs habitudes pour réduire leurs émissions. Ils ont surtout cessé de manger de la viande, installé des panneaux solaires, commencé à cultiver leurs propres légumes et finalement abandonné l'avion - un sacrifice pour la mère de Thunberg, qui se produit partout en Europe. "Nous avons fait toutes ces choses, pas vraiment pour sauver le climat, nous ne nous en souciions pas beaucoup au début," dit Svante. "On l'a fait pour la rendre heureuse et la ramener à la vie." Lentement, Thunberg a recommencé à manger et à parler.

Greta Thunerg le syndrome d'Asperger est un "super pouvoir"

Le diagnostic d'Asperger de Thunberg a aidé à expliquer pourquoi elle a eu une réaction si puissante à l'apprentissage de la crise climatique. Parce qu'elle ne traite pas l'information de la même manière que les personnes névrotiques, elle ne pouvait pas compartimenter le fait que sa planète était en péril. "Je vois le monde en noir et blanc, et je n'aime pas faire de compromis ", a-t-elle déclaré à TIME lors d'une relâche scolaire plus tôt cette année. "Si j'avais été comme tout le monde, j'aurais continué et je n'aurais pas vu cette crise." Elle est en quelque sorte reconnaissante pour son diagnostic ; si son cerveau fonctionnait différemment, explique-t-elle, "je ne pourrais pas rester assise pendant des heures et lire des choses qui m'intéressent". La concentration et la façon de parler de Thunberg trahissent une maturité bien au-delà de son âge. Lorsqu'elle est passée devant ses camarades de classe à son école, elle a fait remarquer que " les enfants sont assez bruyants ", comme si elle n'était pas l'une d'entre eux.

Greta Thunberg en grève scolaire en mai 2018

En mai 2018, après que Thunberg eut écrit un essai sur le changement climatique publié dans un journal suédois, une poignée de militants scandinaves du climat l'ont contactée. Thunberg leur a suggéré d'imiter les élèves de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas High School de Parkland, en Floride, qui avait récemment organisé des grèves scolaires pour protester contre la violence armée aux États-Unis. Elle a annoncé à ses parents qu'elle se mettrait en grève pour faire pression sur le gouvernement suédois afin qu'il atteigne les objectifs de l'Accord de Paris. Sa grève scolaire, leur a-t-elle dit, durera jusqu'aux élections suédoises de septembre 2018.

Au début, les parents de Thunberg n'étaient pas ravis à l'idée que leur fille manque tant de cours, et ses professeurs lui ont suggéré de trouver un autre moyen de protester. Mais Thunberg était inamovible. Elle a préparé un dépliant avec des faits sur les taux d'extinction et les bilans carbone, puis l'a saupoudré avec le sens de l'humour insolent qui a fait de son entêtement un effet viral. "Je m'appelle Greta, je suis en neuvième année et je fais la grève scolaire pour le climat ", écrit-elle sur chaque dépliant. "Puisque vous, les adultes, vous vous foutez de mon avenir, moi non plus."

Le 20 août 2018, Thunberg est arrivée devant le Parlement suédois, vêtue d'un sweat à capuche bleu et portant l'affiche de la grève scolaire faite maison. Elle n'avait aucun soutien institutionnel, aucun soutien formel et personne pour lui tenir compagnie. Mais faire quelque chose, prendre position, même si elle se sentait seule, c'était mieux que de ne rien faire. "L'apprentissage des changements climatiques a d'abord déclenché ma dépression ", dit-elle. "Mais c'est aussi ce qui m'a sorti de ma dépression, car il y avait des choses que je pouvais faire pour améliorer la situation. Je n'ai plus le temps d'être déprimé." Son père a dit qu'après qu'elle ait commencé à frapper, c'était comme si elle était "revenue à la vie".

Greta Thunberg en grève seule, à deux puis des centaines et des milliers de jeunes

Le premier jour de sa grève du climat, Thunberg était seule. Elle était assise affalée sur le sol, semblant à peine plus grande que son sac à dos. C'était une journée d'août exceptionnellement fraîche. Elle a parlé de sa grève sur les médias sociaux et quelques journalistes sont venus lui parler, mais elle a passé la majeure partie de la journée seule. Elle a mangé son panier-repas de pâtes aux haricots avec du sel, et à 15 heures, alors qu'elle quittait normalement l'école, son père est venu la chercher et ils ont fait du vélo pour rentrer chez eux.

Le deuxième jour, un étranger l'a rejointe. "C'était un grand pas, de un à deux, se souvient-elle. "Il ne s'agit pas de moi en train de frapper, c'est nous en train de frapper de l'école." Quelques jours plus tard, une poignée d'autres sont arrivés. Un militant de Greenpeace a apporté un imperméable jaune poussin que Thunberg a essayé pour la première fois. Ils formaient soudain un groupe : une personne refusant d'accepter le statu quo était devenue deux, puis huit, puis 40, puis des centaines. Puis des milliers.

Début septembre, un nombre suffisant de personnes s'étaient jointes à la grève climatique de Thunberg à Stockholm pour annoncer qu'elle continuerait chaque vendredi jusqu'à ce que la Suède s'aligne sur l'Accord de Paris. Le mouvement Vendredi pour l'avenir était né. Fin 2018, des dizaines de milliers d'étudiants à travers l'Europe ont commencé à sécher les cours le vendredi pour protester contre l'inaction de leurs propres dirigeants. En janvier, 35 000 écoliers ont protesté en Belgique à l'instar de Thunberg. Le mouvement a touché une corde sensible. Lorsqu'une ministre belge de l'environnement a insulté les grévistes, un tollé public l'a forcée à démissionner.

Greta Thunberg à l'initiative des manifestations climatiques à l'échelle mondiale

  • En septembre 2019, les manifestations climatiques se sont étendues au-delà de l'Europe du Nord. New York, 250 000 personnes auraient marché dans Battery Park et à l'extérieur de l'hôtel de ville.
  • À Londres, 100 000 personnes ont envahi les rues près de l'abbaye de Westminster, à l'ombre de Big Ben.
  • En Allemagne, 1,4 million de personnes sont descendues dans la rue, des milliers d'entre elles ont inondé la Porte de Brandebourg à Berlin et ont défilé dans près de 600 autres villes et villages du pays.

Des messages sur les pancartes des manifestations pour le climat

De l'Antarctique à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Kaboul à Johannesburg, environ 4 millions de personnes de tous âges sont venues protester. Leurs pancartes racontaient une histoire.

  • A Londres : Le monde est plus chaud que le jeune Leonardo DiCaprio.
  • En Turquie : Chaque film sur les catastrophes commence par l'ignorance d'un scientifique.
  • A New York : Les dinosaures pensaient aussi avoir le temps.
  • Des centaines de personnes portaient des images de Thunberg ou peignaient ses citations sur des panneaux d'affichage. Make the World Greta est redevenu un cri de ralliement.

Greta Thunberg une source d'inspiration pour la jeunesse

  • Sa clarté morale a inspiré d'autres jeunes du monde entier. "Je veux être comme elle ", dit Rita Amorim, une étudiante de 16 ans de Lisbonne qui a attendu quatre heures en décembre pour apercevoir Thunberg.
  • A Udaipur, en Inde, Vidit Baya, 17 ans, a commencé sa grève du climat avec seulement six personnes en mars ; en septembre, il était à 80.
  • À Brasilia, au Brésil, Artemisa Xakriabá, 19 ans, a marché avec d'autres femmes autochtones pendant que l'Amazonie brûlait, puis s'est rendue au sommet des Nations unies sur le climat à New York.
  • A Guilin, en Chine, Howey Ou, 16 ans, a posté une photo d'elle en ligne devant les bureaux du gouvernement municipal dans un acte solo de protestation contre le changement climatique ; elle a été emmenée à un poste de police et a dit que sa manifestation était illégale.
  • Arshak Makichyan, 25 ans, a lancé à Moscou un piquet de grève pour le climat, au risque d'être arrêté dans un pays où les manifestations de rue sont très limitées.
  • A Haridwar, en Inde, Ridhima Pandey, 11 ans, s'est joint à 15 autres enfants, dont Thunberg, pour porter plainte auprès de l'ONU contre l'Allemagne, la France, le Brésil, l'Argentine et la Turquie, arguant que l'échec des pays à lutter contre la crise climatique constituait une violation des droits des enfants.
  • À New York, Xiye Bastida, 17 ans, originaire d'une communauté indigène otomi du Mexique, a mené 600 de ses pairs lors d'une grève climatique depuis son école secondaire de Manhattan.
  • Et à Kampala, en Ouganda, Hilda Nakabuye, 22 ans, a lancé son propre chapitre de Fridays for Future après avoir réalisé que les fortes pluies et les longues sécheresses qui ont affecté les cultures de sa famille pouvaient être attribuées au réchauffement planétaire. "Avant de connaître les changements climatiques, j'en ressentais déjà les effets dans ma vie ", dit-elle.

Greta Thunberg inspire aussi les adultes

L'activisme des enfants a également motivé leurs parents. A São Paulo, Isabella Prata s'est jointe à un groupe appelé Parents for Future pour soutenir les enfants activistes. Thunberg, dit-elle, "est une image de toute cette génération."

Tout s'est passé si vite. Il y a un peu plus d'un an, une adolescente silencieuse et pour la plupart sans amis s'est réveillée, a mis son sweat à capuche bleu et s'est assise seule pendant des heures dans un acte de défi singulier. Quatorze mois plus tard, elle était devenue la voix de millions de personnes, symbole d'une rébellion mondiale croissante.

Le 3 décembre, La Vagabonde s'est amarrée sous une trajectoire de vol vers le plus grand aéroport du Portugal. Thunberg et son père se tenaient sur le pont, saluant les centaines de personnes qui s'étaient rassemblées par une journée froide et ensoleillée pour les accueillir de nouveau en Europe. Au-dessus de leur tête, les avions bourdonnaient, rappelant à quel point Thunberg aurait pu facilement traverser l'océan par avion, et le coût de cette commodité : les quelque 124 000 vols qui décollent chaque jour déversent dans l'atmosphère des millions de tonnes de gaz à effet de serre. "Je ne voyage pas comme ça parce que je veux que tout le monde le fasse ", a déclaré Mme Thunberg aux journalistes après avoir marché, un peu chancelante au début, sur la terre ferme pour la première fois depuis des semaines. "Je fais ça pour envoyer le message qu'il est impossible de vivre durablement aujourd'hui, et qu'il faut que ça change."

Prenant place devant un regroupement de caméras de télévision et de journalistes, elle a continué. "Les gens sous-estiment la force des enfants en colère, dit-elle. "Nous sommes en colère et frustrés, et c'est pour de bonnes raisons. S'ils veulent qu'on arrête d'être en colère, ils devraient peut-être arrêter de nous mettre en colère." Quand elle eut fini de parler, la foule se mit à applaudir.

Greta Thunberg, des discours directs et pleins d'émotions

Ses discours vont souvent droit à l'essentiel. "Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout", a-t-elle dit dans son premier grand discours à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en Pologne en décembre dernier. "Et pourtant, vous volez leur avenir sous leurs yeux."

La citation est devenue virale presque immédiatement. Au cours de l'année écoulée, elle a adressé des dizaines de mises en garde similaires - aux chefs d'entreprise et aux chefs d'État, aux leaders d'opinion et aux vedettes de cinéma. Chaque fois, Thunberg s'exprime avec calme mais avec force, exprimant le sentiment palpable d'injustice qui semble souvent évident aux très jeunes : les adultes, en refusant d'agir face à une crise extraordinaire, sont au mieux stupides, et au pire corrompus. Pour ceux qui partagent sa peur, l'honnêteté brutale de Thunberg est cathartique. Pour ceux qui ne le font pas, c'est menaçant. Elle refuse d'utiliser le langage de l'espoir ; son arme la plus tranchante est la honte.

En septembre, s'adressant aux chefs d'État lors de l'Assemblée générale de l'ONU, M. Thunberg n'a pas donné de coups de poing : "Nous sommes au début d'une extinction massive, et tout ce dont vous pouvez parler, c'est d'argent et de contes de fées de la croissance économique éternelle," dit-elle. "Comment osez-vous ?"

Greta Thunberg comment osez vous ?

Mary Robinson, l'ancienne présidente de l'Irlande qui a été l'envoyée de l'ONU pour le climat avant les pourparlers de Paris sur le climat, a passé des années à soutenir que le changement climatique détruirait les petites nations insulaires et les communautés autochtones. Le message tombait souvent dans l'oreille d'un sourd. Les gens disaient en quelque sorte : " Ah oui, mais ce n'est pas moi ", dit-elle à TIME. Avoir des enfants qui disent : " Nous n'avons pas d'avenir " est beaucoup plus efficace. Quand les enfants disent quelque chose comme ça, les adultes se sentent très mal."

Greta Thunberg face à ses détracteurs

La réduction du bruit a valu à Thunberg de nombreux détracteurs. Certains militants indigènes et organisateurs de couleur se demandent pourquoi une fille européenne blanche est célébrée alors qu'ils travaillent sur ces mêmes questions depuis des décennies. Thunberg elle-même semble parfois frustrée par l'attention médiatique dont elle fait l'objet et fait souvent tout son possible pour mettre en avant d'autres militants, en particulier les autochtones. Lors d'une conférence de presse à Madrid, juste avant la marche de masse, elle implore les journalistes de poser des questions "non seulement à moi", mais aussi aux autres organisateurs de Fridays for Future sur scène avec elle. "Qu'en pensez-vous ?" demande-t-elle aux autres, dans un effort pour élargir la conversation.

Certains de ses opposants l'ont attaquée personnellement. Les trolls en ligne se sont moqués de son apparence et de son discours.

  • À Rome, quelqu'un l'a pendue à l'effigie d'un pont sous un écriteau indiquant que Greta est votre Dieu.
  • En Alberta, au cœur de la région de forage pétrolier du Canada, la police a dû intervenir pour la protéger après qu'elle et son père aient été suivis par des hommes qui criaient : "C'est un pays pétrolier". Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada d'extrême droite, a tweeté que Thunberg est "clairement instable mentalement".
  • Le président russe Vladimir Poutine a entièrement démis Thoungberg de ses fonctions : "Je ne partage pas l'enthousiasme commun, a-t-il dit lors d'un panel en octobre.
  • Le président Donald Trump s'est moqué sarcastiquement d'elle sur Twitter en la qualifiant de " jeune fille très heureuse qui se réjouit d'un avenir brillant et merveilleux ".
  • Après avoir twitté sur les meurtres d'indigènes au Brésil, le président du pays, Jair Bolsonaro, l'a qualifiée d'insulte qui se traduit en gros par " petit morveux ".
Thunberg a pris ces critiques dans la foulée : elle a coopté Trump et le ridicule de Bolsonaro pour sa bio Twitter.


Ce n'est pas toujours facile. Personne, et peut-être surtout pas une adolescente, ne voudrait qu'on se moque de son apparence et de ses manières en ligne. Mais pour Thunberg, c'est une réalité quotidienne. "Je dois bien réfléchir à tout ce que je fais, tout ce que je dis, tout ce que je porte, tout ce que je porte, tout ce que je mange, tout ce que je mange, dit-elle à TIME lors d'un voyage en train pour Hambourg, en Allemagne, au printemps dernier. "Tout ce que je dis atteindra d'autres personnes, donc je dois penser deux pas en avant." Assise à côté de son père, elle fait défiler les commentaires haineux - la tête d'une chaîne suédoise de vêtements de sport semble se moquer de son Asperger - puis les haussent les épaules. Tant de personnes ont menacé de mort sa famille qu'elle est maintenant souvent protégée par la police lorsqu'elle voyage. Mais dans l'ensemble, elle voit dans la réaction mondiale une preuve que les grévistes du climat ont touché un nerf. "Je pense que c'est bon signe en fait", dit-elle. "Parce que ça montre que nous faisons une différence et qu'ils nous voient comme une menace."

L'effet Greta Thunberg attire l'attention

Il est difficile de quantifier ce qu'on appelle l'effet Greta, en partie parce qu'il se manifeste surtout par des promesses et des objectifs. Mais les engagements comptent comme un progrès alors que la conversation sur le climat est restée bloquée pendant si longtemps. Aux États-Unis, les démocrates s'intéressent depuis longtemps à la lutte contre le réchauffement de la planète, alors même qu'ils donnent la priorité à d'autres questions, alors que de nombreux républicains ont tout simplement nié l'existence de la science. Dans les pays qui établissent maintenant une classe moyenne, comme la Chine et l'Inde, les dirigeants soutiennent qu'ils devraient être autorisés à brûler des combustibles fossiles parce que c'est ainsi que leurs homologues plus riches ont pu progresser.

Ces débats aboutissent à la rédaction d'un document sur ce qui constitue un défi urgent à presque tous les égards. Maintenir l'augmentation de la température mondiale à 1,5 °C exigerait des élus qu'ils agissent à la fois immédiatement et de façon spectaculaire. Dans les pays développés, un abandon rapide des combustibles fossiles pourrait entraîner une forte hausse des prix du gaz et du chauffage et perturber les industries qui emploient des millions de personnes. Dans les pays du Sud, réduire les émissions signifie repenser les éléments clés de la façon dont les pays construisent leur économie. Les émissions devraient diminuer de 7,6 % en moyenne chaque année au cours de la prochaine décennie, un exploit qui, bien que scientifiquement possible, nécessiterait des changements révolutionnaires.

Les entreprises ont la pression pour réduire les émissions de carbones

Mais l'aiguille bouge. Les entreprises du Fortune 500, confrontées à une forte pression pour réduire leurs émissions, se rendent compte que la durabilité est un gage de bonnes relations publiques.

  • En juin, la compagnie aérienne KLM a lancé une campagne "Fly Responsibly", qui encourageait les clients à s'abstenir de tout voyage aérien non essentiel.
  • En juillet, le chef de l'OPEP, le cartel qui contrôle une grande partie de la production pétrolière mondiale, a qualifié les grévistes du climat de "plus grande menace" pour son industrie, selon l'AFP.
  • En septembre, les travailleurs d'Amazon, de Facebook et d'autres grandes entreprises ont quitté l'entreprise pendant les grèves climatiques.
  • Et en novembre, le président de la compagnie aérienne Emirates a déclaré à la BBC que les grévistes du climat l'avaient aidé à réaliser que "nous n'en faisons pas assez".
  • En décembre, Klaus Schwab, fondateur et PDG du Forum économique mondial, a publié un manifeste appelant les dirigeants d'entreprises du monde entier à adopter une forme de capitalisme plus responsable qui, entre autres choses, oblige les entreprises à agir "en tant que gardiens de l'univers environnemental et matériel des générations futures".

Lutte contre les changements climatiques, un enjeux pour les gouvernements 

Les gouvernements font aussi des promesses. Au cours de l'année écoulée, plus de 60 pays ont déclaré qu'ils élimineraient leur empreinte carbone d'ici 2050. Les électeurs d'Allemagne, du Danemark, des Pays-Bas, d'Autriche et de Suède - en particulier les jeunes - considèrent désormais le changement climatique comme leur priorité absolue. En mai, les partis verts ont obtenu des sièges au Parlement européen, notamment en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas. Ces victoires ont contribué à pousser le nouveau président de la Commission européenne à promettre un "Green Deal" pour l'Europe. Aux États-Unis, un récent sondage du Washington Post a révélé que plus des trois quarts des Américains considèrent maintenant les changements climatiques comme une "crise" ou un "problème majeur". Même les législateurs républicains qui ont longtemps nié ou rejeté la science du climat en prennent note. Dans une entrevue accordée au Washington Examiner, le leader de la minorité parlementaire républicaine, Kevin McCarthy, a reconnu que son parti "devrait être un peu nerveux" face aux changements d'attitude sur le climat.

Au niveau individuel, les gens ordinaires suivent l'exemple de Thunberg. En Suède, le vol est de plus en plus considéré comme un gaspillage d'émissions de carbone - un changement d'attitude qui se traduit par un nouveau mot : flygskam, qui signifie "voler, honte". Il y a eu une baisse de 8% des vols intérieurs entre janvier et avril selon Swedavia, qui gère les aéroports du pays, et les ventes de billets Interrail ont triplé au cours des deux dernières années. Plus de 19 000 personnes ont signé un engagement d'interdiction de voyager en avion en 2020, et l'opérateur ferroviaire allemand Deutsche Bahn a enregistré un nombre record de passagers utilisant son réseau ferroviaire longue distance au cours des six premiers mois de 2019. Les chemins de fer suisses et autrichiens ont également connu cette année des hausses dans leurs services de trains de nuit.

L'effet Greta s'amplifie, mais Thunberg ne bouge pas. "Une personne qui arrête de voler ne fait pas beaucoup de différence", dit-elle. "Ce que nous devrions examiner, c'est la courbe des émissions - elle continue d'augmenter. Bien sûr qu'il se passe quelque chose, mais il ne se passe rien."

Greta Thunberg  est arrivée en même temps qu'une contestation mondiale de la jeunesse 

Manifestation pour le climatLe printemps dernier, avant de devenir une icône mondiale, Thunberg jouissait d'un semblant de calme et d'intimité. Maintenant, c'est le bazar partout où elle va. Dans le train de nuit au départ de Lisbonne, elle se cache dans la cuisine de bord pour échapper aux objectifs de dizaines de caméras ; quand elle parvient enfin à se faufiler dans sa cabine, elle profite du moment de paix pour écrire dans son journal. Lorsque son train arrive à Madrid le lendemain matin, le quai est à nouveau rempli de caméras de télévision et de journalistes. Avant de descendre du train et de faire face à la meute, elle se demande à voix haute comment elle peut naviguer dans le chaos. Même après avoir atteint le sommet de l'ONU sur le climat, elle est grouillante. Les photographes se bousculent au milieu d'une foule d'adolescents en maquillage vert en chantant "Gre-TA, Gre-TA !" tandis que d'autres font irruption dans un appel-réponse animé : "Qu'est-ce qu'on veut ? Justice climatique ! Quand est-ce qu'on le veut ? Maintenant !"

A quelques mètres du tumulte, dans l'un des espaces officiels de la conférence, un orateur se tient debout devant une poignée d'autres adultes et glousse de rire. Derrière elle, un écran affiche une présentation PowerPoint : "Comment responsabiliser les jeunes dans l'activisme climatique ?"

La grève solitaire de Thunberg devant le Parlement suédois a coïncidé avec une vague de protestations massives de la jeunesse qui ont éclaté dans le monde entier - toutes en des lieux différents, avec des impacts différents, mais alimentées par un climat social changeant et des pressions économiques changeantes. A Hong Kong, de jeunes militants préoccupés par le resserrement de l'emprise de Pékin sur le territoire ont déclenché un mouvement pro-démocratique furieux qui se développe depuis juin. En Irak et au Liban, les jeunes dominent les grandes manifestations contre la corruption, l'ingérence étrangère et la gouvernance sectaire. Le sommet de Madrid sur le climat a été déplacé du Chili en raison d'énormes protestations contre l'inégalité économique qui ont été lancées par des élèves du secondaire. Et aux États-Unis, de jeunes organisateurs se sont opposés à l'administration Trump sur tout, de l'immigration aux soins de santé, et ont aidé à élire une nouvelle vague de législateurs tout aussi jeunes.

Hans Vestberg, PDG du géant des télécommunications Verizon, déclare que les entreprises se sentent pressées par le climat de toutes parts. "Tous les intervenants y participent de plus en plus ", dit-il. "Nos employés y pensent beaucoup plus, nos clients en parlent beaucoup plus et la société s'attend à ce que nous nous présentions."

Greta Thunberg fait de l'ombre aux associations environnementaux

Certains groupes environnementaux traditionnels se sont également plaints du fait que le succès radical d'une adolescente qui fait l'école buissonnière a éclipsé leurs efforts moins tape-à-l'œil pour rédiger et adopter des lois significatives. "Ils veulent aussi que l'aiguille soit déplacée ", dit Rachel Kyte, doyenne de l'école Fletcher de l'Université de Tufts et ancienne leader en matière de climat. "Ils voudraient juste être ceux à qui revient le mérite de l'avoir déplacé." Pour mémoire, aucun grand groupe environnemental ne dirait quoi que ce soit de négatif.

Une colère de la jeunesse plus large que le climat

Le dénominateur commun est l'indignation face à une injustice centrale : les jeunes savent qu'ils héritent d'un monde qui ne fonctionnera pas aussi bien qu'il ne l'a fait pour les adultes âgés qui le dirigent. "Il est très important de réaliser que nous remettons en question les systèmes dans lesquels nous évoluons, et cela est dirigé par des jeunes ", dit Beth Irving, 17 ans, qui est venue du Pays de Galles pour manifester contre les changements radicaux de la politique climatique en dehors du sommet des Nations Unies. Thunberg n'est alignée sur aucun de ces mouvements de jeunesse non climatiques, mais sa brusque montée en puissance survient à un moment où les jeunes du monde entier s'éveillent à la colère à l'idée d'être laissés pour compte.

La question existentielle du climat met tout le monde en danger, mais plus vous êtes jeune, plus les enjeux sont importants. L'ampleur de la lutte contre le changement climatique, la transformation systémique des systèmes économiques, sociaux et politiques anime les jeunes progressistes déjà désireux de refaire le monde. Karin Watson, 22 ans, qui a participé au sommet sur le climat en tant que membre d'une délégation d'Amnesty International Chili, décrit une " explosion sociale " tumultueuse, interconnectée et menée par les jeunes du monde entier. Elle ne peut pas dissocier son propre plaidoyer pour des salaires plus élevés des droits des femmes et du climat : "Cette crise sociale est aussi une crise écologique - c'est lié, dit-elle. "En fin de compte, c'est intersectionnel : les communautés les plus vulnérables sont les plus vulnérables au changement climatique."

Aux États-Unis, Jaclyn Corin, 19 ans, l'une des organisatrices originales du mouvement anti-violence armée March for Our Lives, a défini les défis en jeu. "Nous ne pouvons pas laisser ces problèmes se perpétuer pour les générations futures ", dit-elle. "Les adultes ne s'occupaient pas de ces problèmes, alors on doit s'en occuper, et ne pas être comme les générations plus âgées dans leur complaisance."

Ces mouvements de jeunesse disparates commencent à gagner quelques victoires. A Hong Kong, après des mois de protestations parfois violentes de la part de jeunes gens résistant au régime autoritaire de Pékin, les partis pro-démocratie ont remporté d'importantes victoires lors des élections locales de novembre. Au Royaume-Uni, les jeunes sont sur le point de devenir l'un des blocs électoraux les plus décisifs, et les lignes de bataille politiques sont tracées selon l'âge et la classe. Un sondage montre que plus de la moitié des électeurs britanniques affirment que la crise climatique influencera leurs votes lors des prochaines élections ; chez les plus jeunes, c'est les trois quarts. En Suisse, les deux partis écologistes ont obtenu les meilleurs résultats de leur histoire lors des élections d'octobre, et une grande partie de ce soutien provenait de jeunes qui votaient pour la première fois. Aux États-Unis, les militants de Sunrise ont contribué à faire du changement climatique un enjeu central de la campagne électorale présidentielle de 2020. En septembre, les 10 premiers candidats à l'investiture démocrate ont participé à une assemblée publique, la première du genre, aux heures de grande écoute sur la question.

"Les jeunes ont tendance à avoir un impact fantastique sur l'opinion publique du monde entier ", a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à TIME. "Les gouvernements suivent."

Le 6 décembre, les dizaines de milliers de personnes qui affluent à Madrid pour manifester en faveur de la lutte contre le changement climatique se jettent des trains et des bus et déferlent en grandes vagues au cœur de la ville. Au-dessus de leurs têtes, le vent porte des messages furieux "Merry Crisis and a Happy New Fear", "vous mourrez de vieillesse, je mourrai du changement climatique"  et le tumulte des chants et des tambours monte comme le tonnerre dans les rues. Un groupe de jeunes femmes et d'adolescentes du chapitre espagnol de Fridays for Future escortent lentement Thunberg d'une conférence de presse à la marche, reliant leurs bras pour créer un bouclier humain. Une fois de plus, Thunberg était le calme dans l'œil d'un ouragan : secoué et soulevé par la foule en délire, cacophonique et furieuse mais aussi étrangement joyeuse.

Il leur faut une heure pour atteindre la manifestation principale. Lorsque Thunberg s'approche enfin de la scène, elle grimpe dans ses chaussures Velcro jusqu'à un microphone et commence à parler. Les tambours se taisent et des milliers de personnes se penchent pour écouter. "Le changement va venir des gens qui réclament de l'action," dit-elle, "et c'est nous." D'où elle se tient, elle peut voir dans toutes les directions. La vue est celle d'une vaste mer de jeunes gens de toutes les nations du monde, la grande force d'entre eux surgissant et s'élevant, prêts à s'élever.

Article extrait TIME MAGAZINE

Related Posts

Faire son gel désinfectant hydroalcoolique sans rinçage
Faire son gel désinfectant hydroalcoolique sans rinçage
Une recette de gel désinfectant maison en restant zéro déchet ! La peur du coronavirus a conduit les gens à s'approvi...
Read More
5 règles simples pour atteindre le zéro déchet
5 règles simples pour atteindre le zéro déchet
Petit guide zéro déchet pour comprendre la règle des 5R Zéro déchet est un terme simple qui désigne un mouvement rela...
Read More
5 raisons de ne pas utiliser les capsules de café réutiliables
5 raisons de ne pas utiliser les capsules de café réutiliables
5 RAISONS DE NE PAS UTILISER LES DOSETTES DE CAFÉ RÉUTILISABLE Nous aimons le café, mais surtout, nous aimons notre p...
Read More
  • Dec 12, 2019
  • Catégorie: Actualité
  • commentaires: 0
laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.