La pandémie de coronavirus nous fait penser plus que jamais à la désinfection des mains après avoir touché une surface ou objet potentiellement contaminé. Pour rester en sécurité et éviter de propager le virus, les gens se lavent les mains et désinfectent les surfaces comme jamais auparavant.

La désinfection du matériel informatique

En ce qui concerne l’électronique, la tâche peut être plus ardue. Nous touchons tout le temps des objets comme des claviers, des souris et des appareils mobiles. Mais vous ne pouvez pas vous contenter d’utiliser de l’eau et du savon pour les nettoyer, sauf si vous voulez finir par avoir besoin de réparations informatiques urgentes.

Comment nettoyer et désinfecter correctement les appareils électroniques ?

Il existe certaines règles empiriques en matière de désinfection des appareils, afin de ne pas les endommager. Il faut notamment éviter l’eau de javel et ne pas les plonger dans une solution désinfectante avec des produits chimiques peu adapté aux équipements mobiles et matériels informatiques comme les claviers d’ordinateur, souris, tablette, smartphone ….

En raison des découvertes sur la durée pendant laquelle le coronavirus humain sous sa forme CoV-SARS-2 (alias COVID) peut rester sur les surfaces non pas quelques heures mais jusqu’à 28 jours sur une surface, il est judicieux de commencer un protocole de désinfection régulièr de tous les appareils électroniques que vous touchez régulièrement.

Combien de temps le coronavirus peut-il rester sur les surfaces ?

Les conclusions de l’agence scientifique nationale australienne suggèrent que le SARS-Cov-2 peut survivre bien plus longtemps que prévu et démontre que le Covid est un virus résistant dans des conditions de test en laboratoire.

Le coronavirus se transmet principalement lorsque les gens toussent, éternuent ou parlent, et la contamination par contact même si elle fait débat sur la concentration en charge virale et le risque de contmination, il n’est pas nécessaire d’être un scientifique pour coprendre l’intérêt individuel et collectif d’intégrer dans le protocole sanitaire : la désinfection des surfaces et des objets.

il est également prouvé scientifiquement que le Covid-19 peut tout aussi être transmis par des particules suspendues dans l’air, qu’il est également possible qu’une personne puisse contracter le Covid-19 en touchant des surfaces infectées telles que le métal ou le plastique.

Centres américains de contrôle des maladies

Que dit l’étude de l’agence scientifique nationale australienne?

Les tests de laboratoire précédents ont montré que le SRAS-Cov-2 peut survivre deux à trois jours sur des billets de banque et du verre, et jusqu’à six jours sur du plastique et de l’acier inoxydable.

Cependant, les recherches de l’agence australienne CSIRO ont montré que le virus était « extrêmement robuste », survivant pendant 28 jours sur des surfaces lisses comme le verre des écrans de téléphones portables et les billets de banque en plastique et en papier, lorsqu’il est conservé à 20°C, ce qui correspond à peu près à la température ambiante, et dans l’obscurité.

En comparaison, le virus de la grippe peut survivre dans les mêmes circonstances pendant 17 jours. Il est également resté plus longtemps sur des surfaces lisses et non poreuses que sur des matériaux poreux tels que les tissus, dont on a constaté qu’ils ne portaient aucun virus infectieux après 14 jours.

Ce qu’il ne faut pas faire lorsque vous désinfectez des appareils électroniques

Nous commencerons par des avertissements sur ce qu’il ne faut PAS faire lorsqu’il s’agit d’essayer de nettoyer et de désinfecter vos appareils mobiles, votre clavier ou votre souris. Vous ne voulez certainement pas avoir un appareil ruiné parce que vous avez essayé de le nettoyer de la mauvaise manière.

N’utilisez pas d’eau pour désinfecter une surface contaminée

L’humidité dans la plupart des appareils électroniques est un grand « Non Merci », car les parties internes peuvent être abîmées. Une seule goutte d’eau sur certains claviers de Mac ou à l’intérieur d’un smartphone peut court-circuiter l’ensemble.

Restez à l’écart de l’eau, même lorsque vous nettoyez un appareil mobile étanche, il est plus souvent résistant aux éclaboussures que l’immersion ou le contact avec l’eau (ne vous fiez pas aux arguments comerciaux) Il y a de meilleures façons de désinfecter votre matériel sensible.

N’utilisez pas d’eau de javel pour éliminer les microbes sur votre matériel électronique

Rien que l’odeur de l’eau de Javel donne aux choses une odeur de propreté et de désinfection, mais l’eau de Javel est très corrosive.

Les produits chimiques sont dangereux, lisez les étiquettes

Vous ne voulez pas utiliser un produit corrosif sur votre clavier et prendre le risque de dégrader les touches et encore moins exposer quotidiennement votre peau à un contact direct avec de la javel, car on ooublie trop souvent comme il est indiqué sur les étiquettes de rincer à l’eau avant de toucher une surface, si ce n’est pas un désinfectant alimentaire.

N’utilisez pas de lingettes désinfectantes à usage unique ou de chiffons qui se retrouveront trop rapidement à la poubelle

lingette pour désinfecter telephone pas ecologique
Si 5 lingettes par jours sont utilisées pour désinfecter un smartphone, représente un budget de 92€ si paquet de 100 lingettes virucides à 5€ (prix pouvant atteindre 10€)

Vous voulez utiliser des outils de nettoyage doux, surtout pour le nettoyage des écrans. Cela permet d’éviter les rayures et de ne pas laisser de peluches ou de petits morceaux d’essuie-tout dans les fissures. Le meilleur chiffon de nettoyage à utiliser est un chiffon en microfibre. Ceux-ci sont spécialement conçus pour enlever les peluches et ne pas rayer les surfaces sensibles. Une fois utiliser, vous n’avez plus qu’à le mettre dans le linge sale, un bon geste pour la planète !

Et si vous commenciez à compter le nombre de lingette que l’on peut utiliser par jour ?

Chacun de nous peut faire le calcul et il évaluera rapidement un nombre de lingette qui semblera anecdotique sur le moment, mais prenons un peu de hauteur.

Exemple de Pierre qui travaille dans un supermarché de proximité, et il est sensible à sa santé, celle de ses collaborateurs et de ses clients avec un protocole sanitaire mis en place pour la désinfection des surfaces potentiellement contminées. Le clavier du terminal de paiement et la caisse enregistreuse sont les 2 points à risque qui sont identifiés, et pour être cohérent avec lui-même, Pierre recommande de désinfecter le terminal de paiement toutes les 30 minutes et chaque fois qu’il y a un changement de personnels à une caisse. Ils sont 5 employés à passer plusieurs fois dans la journée derrière une caisse, ils ont tous un rôle important dans le supermarché et doivent régulièrement passer de caisse en rayonnage durant leur poste de travail. En moyenne sur les 3 caisses un employé passe derrière un autre employé 8 fois.

Un peu de mathématiques une journée type de 10H00 d’ouverture :

20 lingettes pour 1 terminal soit 60 lingettes pour les 3 terminaux de paiement

8 lingettes par employé soit 40 lingettes pour les 5 employés

représente un budget annuel de 1560 € et 31200 lingettes à usage unique (78 kg de déchet à économiser)

365 REUSABLE

On arrive à un chiffre vertigineux de 100 lingettes par jour si Pierre met en place sont protocole sanitaire. En ouvrant 6 jours par semaine, Pierre aura consommé durant les 312 jours d’ouverture de son supermarché 31200 lingettes de désinfection à usage unique !!!! On pourrai parler du point de vue écologique ou économique pour vous démontrer que cela n’a pas de sens mais je pense que la démonstration est déjà parlante.

Prix mini de 100 lingettes désinfectantes virucide : 5€ (prix peut atteindre 10€) et un poid de 250 grammes, ce qui représente un budget de 1560€/an et une quantité de déchet de 78 kg/an

Et le saviez-vous : temps de contact virucide selon norme virucide

Regardez derrière votre paquet de lingette, si la lingette est virucide, elle a été testée selon une norme virucide EN14476 ou NF T72181, et indique un temps de contact nécessaire pour atteindre les 99,99% d’élimination des virus. Vous pouvez vérifier également si les tests sont effectués sur des virus enveloppés comme le NOROVIRUS et ADENOVIRUS de la famille du CORONAVIRUS humain par exemple.

La bonne façon d’assainir vos appareils électroniques

Que vous nettoyiez un clavier, un smartphone ou une souris d’ordinateur, vous souhaitez prendre des mesures similaires pour ne pas endommager votre appareil. Vous devez également vous assurer que vous utilisez quelque chose qui va réellement tuer le coronavirus s’il y en a un qui traîne à la surface. Pour cela il faut sélectionner un produit qui est testé en laboratoire indépendant selon une norme française ou européenne connue.

Lampe UV désinfection de surface

Les désinfectants avec la technologie UV et plus précisemment les UVC sont très efficaces pour éliminer les bactéries et les virus

Pourquoi la lumière UV est l’un des moyens les plus efficaces pour désinfecter votre matériel informatique

La lumière ultraviolette UVC avec une longueur spécifique détruit les liaisons moléculaires qui maintiennent ensemble l’ADN des virus et des bactéries. La lumière UVC est une option particulièrement intéressante pour la désinfection car elle tue les bactériessans produits chimiques toxiques. Les méthodes d’assainissement par UVC à la maison ou dans le cadre d’activités semi professionnelles se sont avérées très efficaces contre les agents pathogènes et se présentent sous différentes formes, notamment des lampes portables, des boites de désinfection pour les smartphones, des rampes de désinfection de plan de travail et des nettoyants pour brosses à dents par exemple.
Depuis des années, les hôpitaux ont adopté les lampes à ultraviolets UVC comme outil de nettoyage, en utilisant de grandes machines de qualité industrielle pour décontaminer les chambres. Aujourd’hui, des versions plus petites des lampes UV sont disponibles pour les consommateurs qui souhaitent nettoyer à peu près tout, des téléphones aux sièges de toilettes.

Voici comment ces désinfectants à base de lumière UV fonctionnent réellement

Les trois principaux types de rayons UV sont les UVA, les UVB et les UVC. Comme les rayons UVC ont la longueur d’onde la plus courte, et donc l’énergie la plus élevée, ils sont capables de tuer les bactéries et les virus, également appelés pathogènes. La lumière UVC a une longueur d’onde comprise entre 200 et 400 nanomètres (nm). Elle est très efficace pour la décontamination car elle détruit les liaisons moléculaires qui maintiennent ensemble l’ADN des virus et des bactéries, y compris les « superbactéries », qui ont développé une plus grande résistance aux antibiotiques.
Publicité

Etude de cas des UVC en milieu hospitalier

Une puissante lumière UVC a été régulièrement utilisée pour décontaminer les outils chirurgicaux et les chambres d’hôpital. Une étude portant sur 21 000 patients ayant passé la nuit dans une chambre où une personne avait déjà été traitée a montré que la désinfection d’une chambre d’hôpital par les UV en plus des méthodes traditionnelles de nettoyage réduit de 30 % la transmission de bactéries résistantes aux médicaments. Cela s’explique en partie par le fait que la lumière UVc peut efficacement désinfecter les recoins difficiles à nettoyer. La lumière UVc fonctionne également en détruisant l’ADN des agents pathogènes, ce qui la rend efficace contre les « superbactéries ».
Mais cette lumière à large spectre est aussi un danger pour la santé, lié à des maladies comme le cancer de la peau et la cataracte, et les humains ne peuvent pas être présents dans la pièce lorsqu’elle est utilisée. Récemment, cependant, des chercheurs ont travaillé avec des rayons UVC lointain à spectre étroit (207-222 nm). Ce type de lumière UVC tue les bactéries et les virus sans pénétrer la couche cellulaire la plus externe de la peau humaine.

Une étude de 2017 a montré que la lumière UVC à 222 nm tuait les bactéries Staphylococcus aureus résistantes à la méthicilline (MRSA) tout aussi efficacement qu’une lumière UVC à 254 nm, qui serait toxique pour l’homme. Cette étude a été répétée en 2018 sur le virus H1N1, et la lumière UVC lointain s’est à nouveau avérée efficace pour éliminer le virus. Cela a des implications particulièrement importantes pour la santé publique, car la possibilité d’un éclairage UV aérien non toxique dans les espaces publics pourrait réduire considérablement la transmission des maladies.
La lumière UVC est particulièrement efficace pour tuer les bactéries et les virus, car elle tue les germes indépendamment de la résistance aux médicaments et sans produits chimiques toxiques. Elle est également efficace contre tous les germes, même les nouvelles souches d’agents pathogènes.

La lumière UV est très efficace pour tuer les germes, et le seul moyen de le prouver ce sont les tests en laboratoire pour valider l’action virucide et bactéricide des UVC.

Test virucide EN14476 ou NFT-72181 prouver l’élimination 99,99% des virus ou > log4

En ces temps de pandémie mondiale, s’assurer que nous disposons des bons produits peut être un aspect préventif important, car avant d’utiliser un gel hydroalcoolique ou un désinfectant de surface, il est important de vérifier qu’il a été testé pour l’usage correct que vous souhaitez en faire et qu’il est efficace dans le cas de la prévention du Covid-19.

La norme AFNOR NF EN 14476+A2 est entrée en vigueur en juillet 2019. Cette norme concerne les antiseptiques et les désinfectants chimiques de surface. Elle a pour objet d’évaluer l’activité virucide des produits testés par des tests quantitatifs en suspension. En plus d’indiquer les exigences minimales pour l’activité virucide du produit, cette norme présente une méthode d’essai pour mesurer cette activité.

Les produits antiseptiques et les désinfectants chimiques forment une préparation homogène et physiquement stable lorsqu’ils sont dilués dans l’eau. Ainsi, la norme NF EN 14476 s’applique à tout produit utilisé dans le domaine médical pour l’hygiène des mains, la désinfection des instruments, des textiles et des surfaces par friction ou par immersion afin de mesurer sa capacité à détruire les virus présents sur les surfaces à traiter.

La norme française NF T72181 évalue le procédé de désinfection pour les procédé aérien pour contrôler l’action virucide et bactéricide des lampes désinfectantes UVC

LAMP-it, testée EN 14476 et NF T72181 pour valider son action désinfectante sur les virus et bactéries

LAMP-it est passée entre les mains de 2 laboratoires indépendants pour effectuer les tests de contrôle de son action virucide et bactéricide :

  • EN 14476 : test effectué sur adénovirus et norovirus (virus enveloppé de la famille du coronavirus humain) avec un résultat de 99,99% d’élimination avec un temps d’exposition d’une minute à 3 cm
  • NF T72181 : test effectué sur des bactéries et des virus enveloppés pour valider l’action virucide sur le coronavirus humain avec un résultat de 99,99% avec un temps d’exposition 1 minute à 3 cm de distance (résultat de 99,999% pour les bactéries). Test complémentaire avec un temps d’exposition de 30 secondes a permis d’obtenir un résultat de 99,9% sur les virus et 99,99% sur les bactéries
  • Analyse bactériologique en situation avec prélèvement scotch 3M pétrifim, sur un clavier informatique en balayant la surface à 3 cm avec 3 allers/retours représentant un temps d’exposition de 10 secondes, LAMP-it permet de décontaminer la surface à 95%.

Comment utiliser une lampe UV pour tuer les germes sur les surfaces fragiles?

Les lampes UVC mises à la disposition des consommateurs se présentent sous différentes formes, notamment des boîtes, des bouteilles et des lampes sous forme de bguette comme LAMP-it. Chacune d’entre elles possède son propre mode d’emploi pour tuer les germes, avec des précisions sur la durée de l’assainissement et, dans le cas des baguettes, sur la distance à respecter par rapport à l’objet que vous essayez d’assainir.

LAMPer les surfaces, le nouveau geste désinfection sans produit chimique dangereux

Les baguettes de désinfection vous permettent d’envoyer une lumière UVC sur tout ce que vous souhaitez désinfecter, y compris les claviers d’ordinateur, la souris, les smartphones et les tablettes. Ces baguettes peuvent être utilisées partout, prétendent fonctionner en quelques secondes (verifier les performance avec les tests en laboratoire) et sont souvent proposées aux voyageurs soucieux de l’hygiène de leur chambre d’hôtel. Une étude réalisée en 2014 a testé l’efficacité de ces lampes de désinfection portables et a révélé qu’elles tuaient 99 % des bactéries de formes simples en moins de 10 secondes et qu’elles inactivaient 90 % des bactéries sporulées, plus difficiles à tuer, en 40 secondes.

LAMPer un clavier à 3 cm de distance et 3 allers/retours pour commencer la décontamination.

Outre les surfaces, la lumière UVC peut également purifier l’eau, si elle est utilisée correctement. Les entreprises qui vendent des stylos et des bouteilles UVC prétendent débarrasser l’eau de 99,99 % des bactéries et des virus. Ces produits sont généralement utiles aux randonneurs et aux voyageurs qui se rendent dans des régions reculées, qui rencontrent plus fréquemment des sources d’eau non purifiée.

Une étude réalisée en 2015 dans le domaine de la médecine des voyages et des maladies infectieuses s’est penchée plus particulièrement sur un appareil portable à lumière UVC. Les chercheurs ont conclu que le nombre de bactéries et la réduction des virus dépendaient de la façon dont l’appareil était utilisé. Bien qu’il soit globalement performant (il tue entre 94,98 % et 99,99 % des germes),

« l’éducation sur les risques d’une mauvaise application nécessite un accompagnement, il faut éduquer les nouveaux utiliseurs à LAMPer correctement les surfaces et objets du quotidien ».

365 REUSABLE

Quel que soit l’appareil, si vous en utilisez un, vérifiez d’abord si la lampe de désinfection UVC est validée par un laboratoire et regarder lemode d’emploi pour connaître le temps d’exposition.

Et surtout, lavez-vous les mains le plus souvent au savon.

laver les mains renforcer protocole sanitaire

Leave a Reply